L’école prépare l’élève au chemin

Pendant des décennies, l’école s’est peu adaptée au niveau de son organisation, de sa manière d’enseigner et d’évaluer les élèves. Dans le même laps de temps, le monde a évolué de manière importante que cela soit au niveau économique, du travail, des nouvelles technologies, de l’innovation. De la même manière, la société a beaucoup changé : structure des familles, mobilité des personnes, marché du travail, migration, place des réseaux sociaux. La société a également intégré de grands principes comme l’équité des chances, la tolérance et la non-discrimination, alors que l’école était restée dans un système compétitif et séparatif.

Le canton de Neuchâtel a adopté deux concordats majeurs au cours de ces dernières années, soit HarmoS et celui sur la pédagogie spécialisée. Tous deux s’inscrivent dans la volonté de répondre aux défis de cette évolution de la société. Ils se traduisent par des objectifs pédagogiques concrétisés dans le Plan d’Etudes romand et les moyens d’enseignement, ainsi qu’une vision stratégique que les cercles scolaires sont chargés de mettre en œuvre en prenant en compte leurs spécificités locales.

Jusqu’à maintenant, les Autorités, la direction et le corps enseignant ont cherché à concilier au mieux, les attentes des uns et des autres ainsi que les contraintes financières et techniques en conservant comme critère central et immuable la proximité entre le lieu d’habitation et l’école. Aujourd’hui, cette organisation ne convient plus :

  • parce qu’elle maintient une iniquité entre les élèves
  • parce qu’elle limite les possibilités, pour le corps enseignant, de développer de nouvelles pédagogies
  • parce qu’elle consomme des ressources qui pourraient être mieux réparties sur des projets pour les élèves
  • parce qu’elle ne permet pas toujours à l’élève de bénéficier d’un regard différencié sur ses apprentissages
  • parce qu’elle fait obstacle à la créativité et l’innovation dont l’école a besoin pour préparer vos enfants au monde de demain.

C’est pourquoi un Groupe de travail conduit par le RUN et réunissant des parents et des enseignants (CES), des élus du Conseil général et des cadres cantonaux (SEO, OSAE, Service des transports) a travaillé plus d’un an pour soumettre un projet de réorganisation qui a été voté en septembre 2018 par le Conseil général de Val-de-Ruz.

Ce qui est proposé, c’est de replacer l’élève et ses besoins au centre de l’école. Le contrat existant avec les familles est de donner aux enfants l’opportunité de s’épanouir en travaillant à leur rythme dans un milieu pédagogique propice à leur développement et à la préparation à leur avenir professionnel.

C’est là le seul, l’unique objectif de la nouvelle organisation.

Ce qui va changer

Au Cycle 2

Un lissage des effectifs entre les collèges afin d’éviter les situations que nous connaissons aujourd’hui de classes de 24 élèves ou plus

Une suppression des classes à deux degrés de scolarité, conformément aux nouveaux moyens d’enseignement et d’évaluation

La constitution de groupes classes stables à partir du Cycle 2

Au Cycle 1

Une harmonisation des après-midis de congé en 2e, 3e et 4e années à l’échelle du cercle (mardi et jeudi)

Une répartition des élèves dans les demi-groupes en 3e et 4e années en février au lieu du dernier jour d’école

Constitution des classes

Les classes se construisent sur des critères pédagogiques :

  • Équilibre des compétences
  • Équilibre des genres
  • Dynamique de groupes (affinités entre élèves)

Il s’agit de décisions de la direction, qui s’appuie sur l’expertise des enseignants et du Service socio-éducatif, sur les résultats scolaires et les informations en sa possession.

Le lieu d’enclassement des élèves est communiqué en février et une journée de visite organisée au mois de mai.

L’école prépare l’élève au chemin et non pas le chemin pour l’élève

Présentation complète :